Crise sanitaire ou non, l’enjeu du travail est multiforme : d’un côté 1 entreprise sur 2 n’arrive pas à recruter … De l’autre, 8% de la population française active (+18ans) est au chômage. Des chiffres en hausse chez les jeunes avec un taux chômage de longue durée (toute population) augmentant encore ! Pourtant, la grande majorité des postes disponibles ne requiert pas de fortes qualifications, mais ils souffrent, tout de même, d’un manque de candidature préjudiciable.

Pourquoi ? Et comment la collectivité peut-elle y remédier ?

Les Français ne cherchent plus « seulement » un travail, mais du Sens et de la Proximité.

Depuis plusieurs années, le rapport des Français au travail et vis-à-vis de leur employeur a évolué…voire s’est transformé. Pour beaucoup encore la rémunération et l’intérêt des missions restent des éléments déterminants de candidature ou d’acceptation d’une offre d’emploi. Toutefois, d’autres éléments entrent en ligne de compte pour les actifs en poste comme pour les demandeurs d’emploi : le sens, l’équilibre, la proximité. Ils prennent même parfois une place prédominante dans les réflexions.

Une quête de Sens, une envie de se sentir utile.

C’était vrai avant le Covid 19, cela l’est d’autant plus depuis les multiples confinements et les périodes d’arrêt d’activité dans certains secteurs. Beaucoup de français recherchent du Sens dans leur travail*…Et ont remis en question l’utilité de leur employeur. Le rôle sociétal de l’employeur (RSE) devient un critère d’attention (si ce n’est déterminant) pour les demandeurs d’emploi et les employés.

L’augmentation du nombre d’inscriptions aux formations (ou reconversions) dans les secteurs du médical, paramédical et de l’aide à la personne appuie cette tendance.

*44% des Français en reconversion 2020 étaient en quête de sens. (source myformation octobre 2020)

Un équilibre vie personnelle / professionnelle au cœur des débats.

Lors de la reprise en 2021, le secteur de l’hôtellerie et de la restauration a subi de nombreux départs d’employés en réaction aux envies de changement provoquées par la crise sanitaire. La pénibilité des métiers et les horaires de travail sont 2 causes régulièrement avancées, de par leurs impacts négatifs sur l’équilibre vie personnelle et professionnelle.

Les métiers aux pénibilités fortes sont particulièrement concernés tout comme les emplois saisonniers, mais cela concerne également des populations telles que les cadres, les freelances, les dirigeants de PME.
Cette quête d’équilibre n’est pas nouvelle, mais avec les confinements et la montée en puissance du télétravail, elle est devenue prioritaire pour beaucoup de Français (25% des actifs juniors, 35% chez les actifs séniors).

De la Proximité, une diminution trajet domicile - travail.

De plus en plus d’actifs songent à changer de travail pour réduire leur temps de trajet ou pour pouvoir changer de mode de transport.

Trouver un emploi près de chez soi est devenu une préoccupation majeure des Français, notamment avec :

• la généralisation du télétravail,
• les tendances écologiques (l’empreinte carbone des trajets quotidien par exemple),
• l’impact économique des trajets en voiture et des transports.
• les difficultés liées à la mobilité sur les territoires (notamment ruraux et périurbains)

Comment les collectivités peuvent répondre aux besoins des demandeurs d’emploi ? Par l’emploi en circuit court !

Beaucoup de demandeurs d’emploi ne SAVENT PAS que l’entreprise en bas de chez eux recrute. Et inversement, les employeurs, qui souhaitent recruter, ne connaissent pas les candidats à proximité.

Le sujet touche également les « chercheurs d’emplois passifs » : ces actifs qui aspirent à plus de proximité de leur domicile, mais qui, par manque de temps ou par habitude, continuent de travailler à plusieurs dizaines de kilomètres.

Les grands sites d’emploi ne réussissent pas à établir une connexion locale entre le besoin (TPE / PME ) et les demandeurs d’emploi.

Pourquoi ?

  • Les TPE et PME (majorité des employeurs) recrutent pour beaucoup par bouche-à-oreille, sans publication web d’offres. (41% des recrutements sont faits par ce biais selon l’étude Randstad 2020)
  • En tant que multiagrégateurs, les sites d’emploi ont une dimension plus nationale et régionale autour de l’emploi. Or les demandeurs d’emploi recherchent principalement dans un périmètre restreint autour de chez eux (principalement autour d’un rayon de 30-50km soit celui d’un bassin d’emploi).
  • La multitude d’offres disponibles noie, dans la masse, le besoin des entreprises locales.

Qu’est-ce que le circuit court de l’emploi ?

Tout comme il est important de consommer local, le travailler local s’invite dans les mœurs.

Le circuit court de l’emploi rapproche candidat et employeur au niveau local en facilitant leur mise en relation et la visibilité l’un auprès de l’autre.
Certains métiers nécessitent des compétences particulières, mais pour beaucoup d’entre eux, les recruteurs recherchent plus des comportements et personnalités (sofstkills) que des diplômes. 62% des managers se disent même prêts à recruter un candidat principalement sur ses compétences comportementales VS compétences techniques (selon l’étude de rémunération 2021 de PageGroup).

Ainsi, l’approche en circuit court se fait par localité et non pas par compétence. Le ciblage est géographique : tant pour les candidats que pour les employeurs.

La collectivité est au cœur du concept. De par son rôle d’instance de proximité, chaque collectivité est la plus à même de mettre en relation les employeurs locaux avec les demandeurs d’emploi.

3 actions pour développer le circuit court de l'emploi sur votre territoire

De la même manière que pour le circuit court dans la consommation, l’approche autour de l’emploi peut s’effectuer en entonnoir géographique : l’emploi dans sa région, dans son département, dans son agglomération, dans sa ville ….

Organiser des rencontres : des événements pour créer du lien entre les employeurs et vos habitants.

L’une des difficultés pour les demandeurs d’emploi est de « convaincre » le recruteur de la pertinence de son profil pour le poste. Cette difficulté est d’autant plus forte lorsque l’on parle de personnalité et de motivation à travers un CV.

Les grandes entreprises ou grosses PME, structurées et outillées pour leurs recrutements, ont des solutions digitales permettant d’évaluer la personnalité et les motivations des candidats. Mais pour les TPE et PME (99% des employeurs en France), beaucoup moins digitales et expertes dans leurs pratiques de recrutement, le CV reste leur seul élément connu d’évaluation…Avant la rencontre !

Organiser des événements Emploi localement (ville, quartier, département, interco, région…) en invitant les entreprises locales et les demandeurs d’emploi permet de faciliter la rencontre …De passer outre le CV.
Les Forums emploi, par exemple, donnent l’occasion aux demandeurs d’emploi de se dévoiler et de se présenter tout en permettant aux employeurs d’évaluer en direct la personnalité et la motivation des candidats. Il y a une mise en relation DIRECTE entre les parties prenantes par l’intermédiaire de la collectivité.

Créer un espace dédié à l’emploi de proximité : faciliter l’accès à l’emploi de vos habitants.

Les difficultés rencontrées par les demandeurs d’emploi sont assez similaires à celles rencontrées par les entreprises : manque de visibilité sur les offres disponibles dans leur zone de recherche (près de chez eux), difficultés à faire face à la multitude d’outils à leur disposition (et à faire le tri notamment face au doublon d’information), forte concurrence ….

Il faut donc leur faciliter l’accès au bassin d’emploi local et augmenter la visibilité des opportunités locales !

La collectivité et ses communications (site web notamment) sont les principaux canaux d’informations des habitants qui recherchent des actualités et services locaux. Ainsi, la collectivité peut devenir un vrai relai d’informations sur le marché du travail local !

Par le biais d’un site web dédié (ou en complément du site web de la collectivité), d’une plateforme web (telle que Lokal Job), d’une page Facebook, la collectivité peut ainsi devenir un renfort pour les dispositifs existants. Le lien avec les entreprises locales étant plus aisé, les collectivités peuvent ainsi centraliser les offres d’emploi et les diffuser auprès des habitants et des demandeurs d’emploi.

Créer une dynamique entre formation et emploi.

La promotion des secteurs et métier porteurs

Dans une démarche d’Attractivité et de Marketing Territorial grâce à une communication ciblée, les collectivités peuvent promouvoir massivement et revaloriser les métiers dits pénuriques (comme les métiers techniques et l’artisanat).

Elles sensibilisent ainsi les jeunes ou personnes en reconversion aux métiers porteurs d’emploi sur le territoire. Ainsi, les habitants (quel que soit leur statut) sont éclairés quant aux formations avec le plus de potentiel « Emploi » près de chez eux.

Centraliser les services compétences/formations/emploi

De plus en plus de collectivités, par exemple, mettent en place des Maisons de Compétences. Ces dispositifs, soutenus par le CNAM, servent de : centre de formation, de tiers lieu d’échanges, de partage de ressources ainsi que de lieu d’innovation autour du parcours professionnel.

D’autres mettent en place des démarches de GPEC territoriale (organisation de la mobilité professionnelle et des compétences à l’échelle d’un territoire.). Ce dispositif, guichet unique, regroupe différents partenaires de l’emploi, de la formation et de l’insertion.
La démarche s’inscrit dans une logique d’anticipation des évolutions du marché local et des besoins de formation, tout en sécurisant les parcours professionnels en cohérence avec le développement économique.

Ainsi, face aux enjeux de l’emploi, une réponse nationale ne peut suffire. L’approche locale permet d’adapter les dispositifs aux caractéristiques territoriaux : population (jeune, vieillissante, saisonnière…), secteurs implantés, leviers de croissance, zones de faiblesse, etc.

Initiative : La ville de Marcq En Baroeul : le circuit court de l’emploi via une plateforme emploi

En octobre 2020, la ville de Marcq en Baroeul a lancé avec Lokal Job, sa plateforme emploi « Mon job à Marcq » pour développer le circuit court pour l’emploi !

Découvrez le témoignage de Nicolas Papiachvili lors d’une intervention sur France Bleu, plusieurs mois après le lancement de la plateforme.

Marcq en Baroeul a été rapidement suivi par les villes de Cambrai, Wasquehal dans le 59, mais également par la région Normandie qui propose de mettre en place des plateformes emploi Lokal Job à ses collectivités. En plus de rapprocher employeur et demandeur emploi, la plateforme Lokal Job permet aussi un parrainage actionnant la solidarité citoyenne autour de l’emploi.

Contactez-nous pour en savoir plus